Portrait de Julien Decloux, fondateur de Silltec

Alors que SILLTEC, start-up spécialisée dans la conception et la commercialisation de solutions LED et LASER à forte énergie, vient d’achever une levée de fonds lui permettant de renforcer son développement commercial et industriel, Julien Decloux, son fondateur a accepté de revenir sur le parcours qui l’a mené à la création d’entreprise.
Publiée le 31 mai 2018 par IncubAlliance

Après des études techniques dans les domaines de l’optique et des lasers l’ayant mené de Lorient à Saint Etienne, en passant par Montpellier et Orsay, Julien Decloux entre sur le marché du travail en 2001 avec l’envie de créer son entreprise. Un projet qu’il concrétisera 12 plus tard après avoir fait ses armes dans le monde industriel et celui du transfert de technologie ! Aujourd’hui président fondateur de Silltec, une start-up spécialisée dans la conception et la commercialisation de solutions LED et LASER à forte énergie qui vient de boucler un premier tour de table à 450 000 euros, Julien Decloux a accepté de revenir avec nous sur le long parcours l’ayant poussé à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Quel a été ton parcours personnel avant de te lancer dans la création d’entreprise ?

Étant ingénieur en optique et vision industrielles, et après avoir été responsable technique dans une société de fabrication de machines lasers, j’ai participé à la création d’une start-up et au transfert d’une technologie laser provenant du CEA. J’y ai alors travaillé pendant 9 ans. Nous développions des machines spéciales pour l’industrie et la recherche, sur une base de technologies lasers et vision.

Quand as-tu su que tu voulais te lancer dans la création d’entreprise ?

Dès la fin de mes études ! Tout juste diplômé, j’avais déjà en tête l’idée de créer mon entreprise. Je me suis donc rapproché d’Optics Valley en 2003 en expliquant que je souhaitais mettre ma compétence au service d’un projet utile. On m’a alors parlé d’une entreprise en création, spécialisée dans le développement des cavités lasers, qui recherchait des profils dans mon genre. Je suis donc entré en stage dans cette entreprise avec l’ambition de m’y impliquer au maximum et d’y faire mes premières armes. Une implication qui a payé puisque 4 ans plus tard j’étais devenu associé et j’en étais le directeur technique !

Comment donc en es-tu venu à créer Silltec ?

Arrivé à un point de divergences avec mes associés de l’époque, j’ai décidé de partir et de créer ma propre entreprise. Mon idée était de développer, non plus uniquement des solutions sur demande, mais avant tout des produits permettant de « produire mieux » comme l’indique notre base-line.

Concrètement, que propose Silltec aujourd’hui ?

Nous concevons et produisons des solutions propres, efficientes et rentables autour de deux marques : DRAGO®, des machines lasers servant au décapage et au nettoyage de tout matériau ; 3DLPrinter®, des têtes d’impression 3D pour la fabrication additive. Avec ces produits, notre ambition est vraiment de contribuer à la mise en œuvre de processus industriels plus performants et plus respectueux de l’environnement.

A quel moment as-tu croiser la route d’IncubAlliance ?

Lorsque j’ai créé Silltec en 2013, alors que j’étais en quête de ressources et de financements, Paris Région Entreprise m’a conseillé de me rapprocher de BPI pour la partie financement et d’IncubAlliance pour la partie structuration du projet. J’ai donc, dès le début 2014, présenté mon projet à l’incubateur et suis entré en incubation pour une durée de 18 mois.

Quel a été pour toi, qui avait déjà de l’expérience, l’apport d’IncubAlliance ?

Mon passage chez IncubAlliance a totalement transformé ma façon de voir l’entreprise. Alors que, compte tenu de mon expérience justement, j’avais jusque là une vision disons « artisanale » de l’entreprise où l’on vit au jour le jour et où l’on travaille toujours plus sans forcément être plus rentable, j’ai compris chez IncubAlliance l’importance d’avoir une vision de long terme, d’élaborer un business plan, de construire une équipe. Bref de structurer et donc de consolider un projet !

Qu’est-ce qui te semble difficile dans le parcours de la création d’entreprise ?

Le plus difficile est à mon sens la constitution d’une équipe. Alors que, quand comme moi on se lance seul, on est au début une sorte d’homme orchestre, il nous faut progressivement apprendre, à mesure que s’étoffe l’équipe, à devenir chef d’orchestre, ce qui n’est pas du tout la même chose. On doit en effet savoir partager, non seulement sa vision de départ et sa stratégie, mais aussi toutes les évolutions de cette stratégie et les inévitables remises en cause que l’on connaît dans les premières années de vie d’une entreprise. Un challenge qui demande beaucoup de qualités humaines. L’entreprenariat est dans tous les cas une super aventure.

Justement, quelle est selon toi la principale qualité d’un chef d’entreprise ?

Je dirais la persévérance qui permet de tenir la distance et de faire face aux nombreuses difficultés rencontrées et, le fait de ne pas avoir peur de faire des erreurs et de savoir rebondir. Cela étant, si j’avais un conseil à donner à un jeune entrepreneur, ce serait tout de même, évidemment de mettre les clients et le marché au rang n°1 de ses préoccupations !

 

A propos de SILLTEC

Créée en 2013, Silltec conçoit et commercialise des solutions LED et LASER à forte énergie pour les secteurs de l’industrie, du BTP, du médical, de l’horlogerie, du flaconnage ou encore de la restauration du patrimoine. A travers les machines laser DRAGO et les projecteurs 3DLPrinter, Silltec propose des solutions propres, efficientes et rentables. Remplaçant des systèmes coûteux et polluants, ces solutions contribuent à la mise en œuvre de processus industriels respectueux de l’environnement.

Pour en savoir plus : www.silltec.com

Suivez nous sur Twitter

pour plus de

proximité

précision contacts

passion